Guillemette HAMON
LA PEINTURE COMME JEU ET ENJEU 
 
S’il est un concept central à dégager de l’ensemble du travail pictural de Guillemette HAMON, c’est bien celui de JEU. 
Guillemette HAMON considère sa toile comme un terrain de Jeu, une mise en scène de l’image trompe-l’œil et de l’imaginaire. D’emblée nous reconnaissons, par une maîtrise de la technique de la représentation, des volumes et des formes parfaitement identifiables : Boules ou sphères parfaitement rondes, bulles transparentes, pommes, ballons de JEUX, corps humains visibles à mi-hauteur, espace simple ... 
 
Dans la démarche de Guillemette HAMON deux mondes se côtoient et s’entremêlent en permanence. 
Le premier, que je nomme la LOGIQUE-FAMILIÈRE ou RÉALISME, celui qui ressemble aux objets de notre quotidien et à l’évidence du mystère des choses. 
Le second, plus subtil est celui de la manière inhabituelle de placer et de disposer ces objets entre eux qui, par là même, sollicite notre activité imaginaire ou PROCÉDÉ SURRÉEL. 
Tout se joue ici, puisqu’il n’est question que de JEU visuel, par un passage continuel entre un réalisme sensuel des diverses qualités et une surréalité du dispositif des rencontres fortuites ou hasardeuses des choses. 
 
Chaque toile s’organise suivant deux grandes parties. 
La partie Basse est occupée, en général, par de nombreuses formes rondes de tailles variables hautes en couleurs, et disposées semble-t’il, suivant des circuits à parcourir. 
La partie Haute affirme la présence d’êtres humains, en station debout, montrant l’ensemble des jambes et occultant en hors-champ le haut du corps, éliminant tout visage possible. 
Signalons cette manière particulière de mettre en scène l’Humain par cet effacement du haut du corps. La mise en évidence des jambes et des pieds affirme et renvoie nos regards vers le sol qui est donc en fait la composante principale de chaque toile. 
 
Tout ce qui est peint ici ramène au SOL, tout se joue au SOL sur ce terrain de JEU pictural. 
Ce SOL imaginaire, couleur sable de la toile, devient par la magie spatiale : 
SOL infini, ESPACE infini. 
 
Guillemette HAMON joue sans cesse avec les possibilités de la visibilité picturale :  
Volumes, clair-obscur, lumière, textures, couleurs chatoyantes et intenses, beauté légère du JEU des ombres, reflets sur les boules, distance entre les choses, rapprochement, éloignement, profondeur, mise en avant, lieu vide, lieu marqué. 
 
En clair, VOIR ici une festivité de différences à explorer et à déguster selon nos regards de curiosités. 
 
Voici une œuvre à visiter  
Et à nous de JOUER  

 Gérard D’ARTOIS